6rano

Coucou les morpions.
J’espère que ce début d’année roule comme sur des roulettes pour vous. Pour ma part, je commence tranquillement à me faire à ma nouvelle vie lyonnaise. C’est toujours un peu chaud de s’aventurer dans une ville quasiment inconnue maaaaaaaais dans le fond, ce n’est pas plus mal !
Aujourd’hui, je reviens avec l’interview d’un artiste rémois (la fille n’arrive pas à oublier son Nord natal) mais promis bientôt je vous montrerai des pépites auditives lyonnaises qui valent le détour.
6rano c’est un peu mon bichon. Il me fait mourir de rire quand il tape ses vocalises sur snapchat et je m’intéresse de près à son parcours car je vois qu’il charbonne énormément. Alors, je lui ai demandé s’il était chaud d’une interview. Il m’a dit oui. On a fait l’amour pour fêter ça. Et j’ai recueilli ses confessions sur l’oreiller. (LOLILOL)

 

1) Comment vas-tu 6rano ? (Est-ce qu’un jour tu dévoileras au monde ton vrai nom ?)
Ouais,ça va très bien et toi?pourquoi,6rano n’a pas l’air d’être un vrai prénom ? LOL. Mon vrai prénom c’est Carl.

 

2) On t’as connu avec le groupe rémois « Black Industrie » et maintenant on te voit naviguer en solo. Pourquoi avoir pris cette décision ?
On a fait pas mal de bonnes choses avec le groupe, mais vers la fin on ne s’entendait plus sur beaucoup de points. Par contre, la séparation a quand même été une bonne chose car elle a permis à tout le monde de continuer dans sa voie et de s’exprimer totalement. J’entends par là élargir ses collabs, produire à son rythme, faire des morceaux plus intimes… Ce qui est moins facile en groupe.

 

3) La musique africaine est beaucoup moins présente dans ton projet solo. De quelles influences musicales t’inspirent tu, aussi bien françaises qu’américaines, pour réaliser ta musique ?
En réalité, j’ai toujours les mêmes influences qu’avant et, si en ce moment les sonorités africaines se ressentent moins, c’est sûrement juste une question d’humeur et du fait de travailler avec d’autres producteurs. En tout cas, je suis toujours le même fan de R’kelly, 50 cent, Vybz Kartel, Cesaria evora, KoffiB2O pour la France ( parce que je vois que j’en ai pas cité un seul encore lool )

 

4) Comment qualifierais-tu ta musique ? Tes textes sont mélodiques, très peu agressifs (ou alors à prendre au 3ème degré) et tu as des talents de Castafiore bien encrés malgré tout (cf snapchat). Un rappeur harmonique ?
Mdr….ouais, pourquoi pas? Ça correspond bien. C’est compliqué, même pour moi, de me ranger dans une case parce que je suis dans un style qui n’existe pas encore. En France, c’est assez rare de ne pas arriver en ressemblant à (ou en copiant) un artiste déjà connu.

 

5) Tu fais énormément de featuring, notamment le dernier avec Dj Weedim par exemple. Comment s’effectue ses collaborations ? Essayes-tu d’en faire avec des artistes du coin ou vois-tu plus large ?
Je suis quelqu’un de très ouvert et j’aime bien échanger avec les artistes quand le feeling passe bien. Forcement, ça commence avec ceux qui m’entourent mais je suis à l’aise avec les artistes de n’importe où. Ces derniers temps, je collabore beaucoup avec DJ Weedim, Chapo ou Nohell qui me donnent une grosse force mais, je viens aussi de faire un feat. avec le rappeur américain OG Maco et j’ai invité le producteur Red Eyes (MHD, Niska, Florent Pagny…) ainsi que son équipe de producteur ( Ozhora et Orisbeats ), et Alb qui ont également bossé sur le titre. Si on appelle pas ça voir large… loool.

 

6) Parle-nous de la place qu’occupe Firass dans ton travail. Est-ce lui le grand manitou qui dirige tout ? Parle nous de cette alliance ?
Bah ouais iamfirass c’est la famille. C’est mon dj/manager/co-producteur….et bien d’autres encore. C’est le membre fondateur de notre collectif  » jheeez crew  » et il tourne désormais dans le collectif Nohell en tant que dj. A part musicalement, chaque décision est prise avec lui, c’est mon associé dans cette histoire, il est là depuis le début et je te garantis que tu verras jamais quelqu’un d’aussi investit, droit et charbonneur que lui.

 

7) Une journée type avec 6rano c’est quoi ?
Punaise, 24h c’est pas assez pour finir une journée avec moi. C’est peu de loisirs et beaucoup d’acharnement. Quand j’ai une idée dans la tête, je ne peux plus faire autre chose. Je passe mes journées à ne faire qu’essayer d’atteindre mon objectif, sachant qu’à côté de ça la vie normale essaye de me rattraper (travail,famille…etc) LOL

 

8) Qu’en est-il à l’heure actuelle de la place du rap dans une ville comme Reims ? Quelle structure t’accompagne dans tes démarches ?
Le rap à Reims va bientôt exploser!!!!!! Trop de bons rappeurs commencent à se faire un nom, et les structures rémoises commencent à s’en rendre compte et à les mettre en avant. J’étais accompagné par la Cartonnerie de Reims jusqu’à l’année dernière, et la structure « le block » me donnait pas mal de coups de main. Maintenant, je tente un peu de m’exporter un peu plus sur Paris en bossant avec Nohell qui organisent des grosses soirées hip-hop au nouveau casino.

 

9) Préparation d’un album pour 2018 ? Quelques dates de prévues ?
Plusieurs gros projets sont en route,et ça risque de vous amener à me voir sur scène, je l’espère. Mais pour l’instant, il vaut mieux ne pas trop s’avancer…. 🤫🤭🤫🤭

 

10) Qu’est ce que tu nous « Cui-Cui-Cui » pour cette belle année ? Que peut-on te souhaiter ?
Jheeeez!!!! ça cuisine du louuuuurd bande de zoulous, c’est moi qui vous souhaite d’être prêt à entendre ce qui arrive. 😉

 

Facebook
EP

 

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.