BASTARD MOUSTACHE

Alors oui maintenant j’ai un petit travail et je ne me touche plus la frisette toute l’après-midi devant les frères Scott, mais je n’en oublie pas pour autant de m’occuper de mon nouveau petit blog. (J’espère que le nouveau design vous plaît d’ailleurs !)
Je reviens aujourd’hui avec un gars de mon ter-ter rémois, Dorian aka Bastard Moustache, qui a troqué sa planche de skate pour les platines. Dernièrement, le petit mec était au pays des kangourous et il est revenu dans notre bonne vieille ville des sacres plus motivé que jamais !

 

1) Comment il va le Dorian ?
Bonjour Mademoiselle G, je vais très bien merci 🙂  Content de voir enfin du beau temps dans notre ville haha.

2) Personnellement, j’ai suivi de loin tes aventures en Australie et ton retour dans le milieu du skate game. Pas trop dur de revenir en France ?
Dur oui et non car même si la ville de Reims a des côtés négatifs, depuis mon retour j’ai retrouvé une ville motivée à faire plein de choses pour évoluer, même si oui les cocotiers me manquent quand même haha.

3) Pourquoi d’un coup d’un seul avoir décidé de faire du son et en l’occurrence d’endosser la casquette de producteur ? Est-ce la « musicosphère » rémoise qui t’as poussé à te lancer dans ce délire ?
À la base je suis DJ et le fait de mixer de la musique d’autres artistes commençait à me déranger. Je voulais mixer ma propre musique donc j’ai investi dans du matériel et j’ai démarré comme ça.

4) De quoi as-tu besoin pour créer tes beats, tes mélodies ? Parle-nous un peu matos.  
Pour commencer à faire de la musique, tu as besoin d’un ordinateur, un logiciel de musique (Abelton, Flstudio, LogicproX etc…),une carte son, un clavier midi style (Akai ou Maudio), des enceintes de monitoring et un casque studio quand les voisins n’aiment pas trop le boum boum 😉

5) Préparer un bon beat est-ce plus difficile que de préparer un bon burger (Sacré Burger) ou food&music ne sont pas des concepts si éloignés que ça ? La recette est la même ?
Hahaha c’est exactement la même recette. Tu commences par la base, ensuite tu rajoutes les ingrédients et tu finis en beauté avec le steak et son fromage fondu :). En vrai, créer une musique c’est vraiment compliqué. Au début, il y a beaucoup de choses à apprendre et même moi aujourd’hui je ne connais pas toutes les fonctionnalités. Il faut être motivé, regarder plein de tutos, des conseils de personnes qui sont du milieu. On apprend tout aujourd’hui avec des tutoriels 🙂

6) Tu es le producteur du groupe de rap rémois Créance de son (interviewé il y a peu). Comment vous êtes-vous rencontrés et pourquoi avoir décidé de travailler ensemble ?
Un pote a moi m’a montré un de leur clip un après-midi. J’ai écouté et je lui ai dit « je veux faire partie de la team, j’ai envie d’être leur DJ producteur officiel ». Le contact s’est fait sur les réseaux et aujourd’hui après six mois de travail, on va sortir un album. Créer des liens aussi en dehors de la musique c’est super important. J’ai l’impression de les connaître depuis toujours haha ce sont vraiment des belles personnes ouvertes d’esprit .

7) Le fait que tu explores un univers autre que celui de l’électro, registre très implanté à Reims, me plait énormément. Quelles sont tes sources d’inspirations et tes influences ? Même si l’on sait qu’électro et hip-hop font de très beaux enfants.
J’essaye en général avant de commencer une prod d’écouter les prods d’autres beatmaker pour me mettre dans le bain 🙂 Ensuite je prends mon clavier et j’essaye de sortir une mélodie de ma tête.

8) As-tu essayé de pousser la chansonnette toi aussi ?
J’ai essayé mais je pense que je vais rester juste un DJ producer 🙂

9) Tes dernières prods sont très douces, très chill, très peu agressives. Que cherches-tu à procurer à travers ta musique ? Cherches-tu à ce que les lyrics posés dessus restent dans un mood de weed&chill ou tu n’es pas contre d’avoir un artiste qui te propose quelque chose de plus bourrin par-dessus ?
J’aime beaucoup l’ambiance chill c’est vrai, mais j’aime aussi faire de la bonne trap bien énervée. Pour moi une prod énervée doit être kicker par des rappeurs. Sur soundclound, je poste que les musique chill, je garde la bonne sauce pour l’album de mon crew 🙂 Il y aura du chill comme de la bonne trap qui donne envie de faire des pogos 😉

10) « SMOKO », « Insomnie » et « Mix » sont des sons beaucoup plus dansants que les autres, un côté un peu clubbing. Les sonorités y sont plus festives, plus estivales. Comment ça se passe en Australie/Nouvelle Zélande de ce côté-là ? J’ai l’impression que ça a l’air beaucoup plus ouf et plus free qu’ici en Europe, même en termes de réseau, les choses ne se font pas plus facilement ? T’a-t-on déjà approché là-bas pour que tu diffuses tes sons dans différents clubs par exemple ?
Les australiens pour moi sont vraiment plus chill, plus open, les contacts se font plus facilement, les ambiances festives tous les jours aident beaucoup. C’est vrai que nous avons encore du mal avec ce genre de chose mais la ville de Reims commence à faire de belles choses comme La Magnifique Society , Velours et la Cartonnerie qui organisent beaucoup d’événements. Je trouve qu’ils ont envie d’apporter un côté jeune à la ville et j’en suis très heureux.

11) Sans Tord est quelqu’un de très discret mais de très connu en termes de production dans le milieu musical rémois. As-tu envie de collaborer avec lui sur certaines choses et pourquoi pas mettre vos deux manières de travailler en commun au gré d’un artiste par exemple ?
Tu tombes tout pile justement pour la clôture de l’album avec Créance. Je vais collaborer avec Sans Tord pour faire le dernier titre :). Pour moi Sans Tord reste le numéro un, je l’apprécie et il est vraiment pro dans le milieu.

12) Quel regard as-tu sur l’évolution de la musique en règle générale et localement parlant ? Comment perçois-tu l’évolution de celle-ci depuis l’émergence des Shoes, Brodinski, Yuksek, Fishbach, Black Bones, 6rano, Thahomey, et autres artistes qui commencent à sortir de leur grotte ?
Pour moi, Reims a des talents cachés et pendant la Carto Blaster il y a eu trois bons rappeurs qui sont sortis du lot comme Creance de son, NOTO, ATP. Je vous conseille de suivre ces personnes de plus près car dans peu de temps, ils vont décoller. Trois groupes différents qui explosent les scènes à chaque fois . Mais bon you now my favorites 😉

13) Niveau femmes Dj, personnellement je trouve que certaines dégradent leur image en mixant à moitié nue devant une foule en délire. Mais y en a-t-il dans tout ce lot que tu as ou que tu aimerais rencontrer et qui mériterait davantage de visibilité ?
C’est vrai que j’aime pas trop les filles qui profitent de leur beauté pour attirer du monde mais bon elles ont raison si cela leur plaît et qu’elles sont bien dans leurs vies :). Sinon, il y a un DJ producer que j’aime bien à Reims qui fait de la harpe pour Fakear aussi c’est GUSTINE. Elle a vraiment un côté unique et je trouve qu’elle pourrait créer le buzz.

14) D’autres collaborations de prévus autre qu’avec COS ? Aimerais-tu te produire solo sur scène un jour et pourquoi arpenter des festoches comme Coachella ou Tomorrowland haha ?
Yes je prépare d’autres collaborations avec un autrichien que j’ai rencontré sur soundcloud et aussi d’autres projet à venir avec NOTO et ATP. Mais je reste surtout focaliser sur créance de son, la sortie de l’album, etc… On a des dates de prévue en Mai et juin et pourquoi pas une tournée dans la France avec eux .

15) Un petit mot pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?
MUSICISMYFIRSTLOVE

 


Instagram

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.