Creance de Son

crédit photo : Sylvere.H

 

 

REIMS ICI REIMS ! Ma ville natale me manque. Un peu. Alors, après avoir checké ce que mon frérot 6rano faisait en ce moment, j’ai décidé de me renseigner sur ce qu’il se passait d’autre dans le tieks. Et c’est là que je suis tombée sur ces petits bébous du rap game rémois, Créance de son. Si tu me connais bien, toi même tu sais que les bébés rappeurs, et bin j’aime ça. Beaucoup beaucoup.
Alors, ni une, ni deux, j’ai voulu en savoir plus sur ce trio qui, d’après un collègue, n’a pas fini de faire parler d’eux…

 

1) Bonjour les gars ! Bon alors Créance de Son, c’est qui ? C’est qui?

Alors, Créance De Son c’est un groupe de rap Rémois composé de 3 rappeurs : Epok Pluton, Akapulco et L’Aristo. On a créé CDS en 2014 mais on rappe depuis maintenant plus de 5 ans.

2) Vu le blase, vous nous devez des prestations auditives de qualités non ? Qui s’occupe de quoi dans la composition de vos morceaux ? Chacun à un rôle bien défini ou c’est un peu à l’arrache ?

En vrai, ça dépend des morceaux mais on va pas te mentir, on se casse pas mal la tête à faire les choses le mieux possible. On cherche la qualité mais surtout l’originalité genre à faire en sorte qu’aucun de nos morceaux ne se ressemble. On essaye de créer un univers en gros.

3) Pour ma part, j’ai entendu parler de vous à la suite d’une vidéo parue sur une soirée au Floyd, et après coup j’ai vu que vous me suiviez sur instagram mouhaha. Depuis quand êtes-vous implantés dans le ter-ter rémois musicalement ?

Musicalement ça fait assez longtemps mais visuellement, ce n’est que depuis la sortie de Silence de Cathédrale, c’est à dire il y a 9 mois. C’est quelque chose auquel on prête beaucoup d’attention du coup on voulait sortir un premier clip à la hauteur de nos attentes.

4) ça bosse le son à plein temps ou ça a quand même une vie d’étudiant ou de salarié bien planquée sur le côté ?

Les deux mais pareil on va pas te mentir, c’est la musique avant tout hein. De jours en jours c’est de plus en plus notre vie et on compte bien aller le plus loin possible. Et si ça marche pas au moins on aura essayé, on se fixe aucunes limites.

5) Je vois que certains sons sont enregistrés et masterisés par Sans Tord, qui a également travaillé avec Pire Mastaa ou encore d’autres mec du rap game rémois. Qu’est-ce que vous pouvez me dire sur cette collaboration ? Le mec est discret mais le mec est partout en fait haha

Bien sûr, c’est le Dr Dre Rémois (mdr). À la base, on faisait ça à domicile mais quand on a décidé de faire les choses pro, on a commencé la collaboration, ça fait bientôt deux ans maintenant. On a tout enregistré chez lui à l’exception de « Une fois de plus » qu’on a enregistré à Paris au Studio Orfèvre. L’album que nous préparons actuellement et qui sortira sur les plateformes de streaming avant l’été sera exclusivement enregistré, mixé et masterisé par ses soins.

6) D’ailleurs que pensez-vous des autres têtes rémoises dans ce délire ? J’entends par là Pire Mastaa, Berlioz, Starlion, 6rano, Thahomey, Maka, Mikyflex, Taygaz, Gavin Meidhu… Avez-vous déjà pensé à collaborer avec certains d’entre eux ? Y a-t-il une concurrence assez forte à Reims ou au contraire, tout le monde se serre les coudes ?

En vrai, on est grave fier de ce qui se passe actuellement dans notre ville. Les collaborations sont prévues et elles se feront au bon moment. De manière générale, on se connait quasiment tous sur Reims et l’entente est très bonne, il n’y a pas de concurrence, que du soutien massif pour la mifa.

7) Qu’est-ce que cela a changé pour vous d’être lauréat du Carto Blaster cette année ?

Cela nous a permis d’être programmé à la Magnifique Society et par conséquent de bénéficier d’un soutien notamment à travers les lieux de répétitions mis à disposition par la Cartonnerie. À la sortie de notre projet on travaillera également avec eux pour la communication.

8) Qu’est-ce que vous voulez faire passer comme message à travers vos textes ? Bon ok ça parle un peu de drogues et de femmes mais bon sinon, y a quand même autre chose que vous voulez partager ? haha

On parle de ce qu’on vit donc des femmes et de drogues mais on tient aussi à partager plein d’autres choses. Nos galères du quotidien mais aussi de la fiction par moment. En fait, on en revient à ça mais on essaye de créer un univers avec pas mal de références cachées dans nos sons. Le fait d’être assez discret est volontaire pour le moment car on aime le mystère.

9) Epok Pluton, t’as-t-on déjà dit que sur le titre « Bullshit » particulièrement, ta voix avait un air à la Roméo Elvis ?

Non, c’est la première fois mais je prends ça pour un compliment, Roméo Elvis est vraiment grave chaud et inspire plein de rappeurs, c’est vrai qu’on a tous les deux des timbres de voix assez graves donc je peux comprendre cette petite ressemblance.

10) Votre rap fait penser à un rap de « stoner » à la A2H un peu. Quelles sont vos influences/inspirations musicales ?

On aime bien le chill et le turn up comme la weed et le shit. Donc nos sons sont variés et hétéroclites et ce en fonction de l’humeur. On écoute beaucoup de rap mais on écoute surtout de tout, ce qui nous permet d’avoir plein d’influences comme la funk, la house ou le jazz.
 
11) Ne pensez-vous pas que cela est devenue un peu une mode de nos jours de faire du rap ? Comme l’était l’électro il y a un certain temps ?

C’est vrai, quand on a commencé à rapper on passait un peu pour des ovnis car ce n’était pas la « mode ». Mais à vrai dire, c’est bien car cela permet l’éclosion de nouveau rappeurs et ça amène une émulation et plein de nouvelles vagues donc c’est lourd.

12) En parlant d’électro, qui était un peu le registre musical référence de la ville de Reims, ne pensez-vous pas que la tendance s’est un peu inversée maintenant ? Notamment avec l’intensité des évènements proposés par l’association Velours et la Cartonnerie qui ouvre un peu plus le champ des possibles face à cette « nouvelle » musique urbaine ?

Ça ne s’est pas inversé, ça c’est plutôt marié, maintenant il se passe de tout et c’est clairement une bonne chose pour la ville.

13) Des collaborations possibles avec des gars rémois tels que Nathan Zahef, Puzupuzu, ou encore le collectif La Forge ? Mariage electro et hip-hop font de très beaux enfants parfois.

Ce n’est pas prévu pour le moment mais nous sommes dans l’optique d’être ouvert à tout donc pourquoi pas dans le futur. Notre producteur et dj « Bastard Moustache » est d’ailleurs issu de ce registre donc le mariage est déjà plus ou moins amorcé.

14) Aimeriez-vous que d’autres lieux tels que l’Excalibur proposent d’avantage d’Open Mic dans la ville ?

Oui car pour les jeunes rappeurs des prochaines générations, cela peut leur permettre de prendre du gallon et de l’expérience sur scène.

15) En termes de concerts, j’ai ouïe dire que vous faites partie des rappeurs les plus influents sur la scène rémoise avec notamment des propositions de concerts à l’extérieur de la France. Comment le vivez-vous ? Comment percevez-vous l’avenir avec votre musique ?

On a été contacté un peu partout dans la France, en Belgique et en Suisse pour faire des concerts mais pour le moment nous nous concentrons sur la sortie de  notre projet. Néanmoins, cet été nous faisons l’Imaginarium festival au côté de Vald et Caballero & Jean Jass notamment. Nous sommes vraiment fier de pouvoir défendre nos sons désormais sur des grosses scènes donc nous espérons que cela va continuer dans le futur, nous y travaillons pour en tout cas.

16) Qu’est-ce que ça nous prépare pour cette année 2018 ? Un petit mot pour ceux qui ne vous connaissent pas encore ?

Comme on te l’a dit précédemment, c’est l’album qui arrive pour bientôt mais on a aussi plein d’idées sous le coude, ce qui est sûr c’est qu’on va pas chômer. Pour ceux qui nous connaissent pas encore, on vous conseille de surveiller nôtre chaîne YouTube car beaucoup de choses arrivent… Et pour ceux qui nous connaissent, le 16/17 vaincra.
Merci à toi.

Facebook

Soundcloud

Youtube

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.