Dandy G

J’adore quand je suis en recherche de petites perlouzes auditives et que certains d’entre vous me proposent quelque chose qui me frétille les oreilles (et pas que les oreilles…)
Marie m’a suggéré le dernier poulain de son écurie personnelle. J’ai apprécié la musique et le gars (ouais mamen il est vraiment trop drôle) et donc j’ai décidé d’en savoir plus sur ce baby loup qui fait du rap, qui vient du Sud-Ouest, et qui se prend pour un negro car il bouffe du KFC dans le 18ème.


1) Qui es-tu Dandy G

Je suis originaire d’une ville de millionnaires vieux et malheureux, je suis directeur artistique dans la « vraie vie » et je me cache dans les toilettes de mon taff pour écrire des chansons. Je suis tout le temps en train de créer, ça devient presque maladif.

 

2) Qu’est ce qui t’as poussé à faire de la musique ? D’autant plus que tu étais plus porté sur le punk-rock et le métal, qu’est-ce qui t’as fait « chavirer » ? Te lances-tu-toi aussi dans la vague des « bébés rappeurs » ?

Hahaha. Je ne pense pas appartenir à une quelconque « vague », du moins ça n’a jamais été mon but. En fait, c’est la musique en général, allant du Duke Ellington des années 60 au dernier album de Young Thug, en passant par du Pantera et du Slipknot, et même du Tchaikovsky. Il y a tellement de possibilités, c’est tout un monde. Et c’est ça qui m’a passionné, de pouvoir tout essayer sans aucune barrière. Je me suis laissé porter par mes envies tout simplement, sans me poser de questions. Et il s’avère que depuis 6 ans, c’est le rap qui me plaît.

 

3) Le jazz et le blues ont créé en toi une bonne base pour rédiger tes textes et construire tes prods ?

J’ai commencé la musique à 11 ans, par la guitare.  A cette époque, mon prof me disait que la base de toute forme de musique contemporaine était le blues. Aussi bien le Rnb de Ty Dolla $ign que la vibe incroyable de Warren G. Le blues était d’après lui un genre de socle sur lequel tout repose. J’ai pris sa « théorie » en compte et elle m’a bien servi.

J’ai aussi fait un peu de batterie pendant 3 ans, et là aussi j’ai commencé par du Jamiroquai et du Tower of Power. Tout ça pour dire que la musicalité du jazz et du blues sont très complexes, mais c’est au final dans ces deux styles de musique qu’on apprend le vrai solfège et qu’on se forge une véritable oreille. C’est mon avis du moins.

12524426_1149312661779958_3340809848699927669_n

 

4) Quelles sont tes influences musicales ? Etant une grande fan d’Erykah Badu, j’aimerais savoir ce qui t’inspires principalement chez elle et chez bien d’autres artistes ?

Aaah Erykah Badu. Grande histoire de love. Je l’ai découverte via une chanteuse avec qui je sortais au lycée, qui s’inspirait beaucoup de Badu. Et à force d’entendre l’album Baduizm, je me suis mis à l’analyser, parfois à l’écouter 3 fois de suite et à étudier chaque note. Elle a une manière incroyable de se promener sur la tonalité de ses chansons, sans jamais en sortir mais en l’exploitant à 200%. Et ce qui me rend fou chez Erykah Badu, c’est son groove. Elle rythme ses textes comme personne, c’est mon inspiration principale après ma mère et mon père.

Sinon, j’écoute beaucoup Pharrel Williams, Chance The Rapper et Kendrick Lamar. Kendrick c’est le mec qui saura faire la morale au monde entier, tout en te racontant sa vie, tout en te faisant danser. « the realest nigga in the game »

 

5) Pourquoi avoir choisi de chanter principalement en anglais ?

Je veux pas paraître mauvais français, mais j’ai toujours trouvé que la langue anglaise sonnait 100 fois mieux que le français. C’est pour ça que j’écoute très très peu de chanson française d’ailleurs. Bien qu’Edith Piaf, Henri Salvador et tous ces classiques soient très beaux et très romantiques, je me sens pas du tout de faire sonner le français, de raconter mes histoires et de rimer autrement qu’en anglais.

 

6) Quelle place occupe le rap dans le Sud-Ouest de la France ? Des opens mics ou des tremplins sont souvent organisés pour mettre en avant les jeunes talents ? Comment t’es-tu construis ton réseau pour ensuite monter à la capitale ?

Le Sud-Ouest est plutôt bien fournit niveau musique. Quand je parle Sud-Ouest, je parle Bordeaux. Cette ville est très vivante, j’ai pu participer à énormément d’Open Mic et de concerts en tous genre. Disons qu’en arrivant à Paris, c’était un peu comme tout recommencer à zéro. Je ne connaissais personne, j’ai du me refaire un réseau et explorer de nouveaux horizons. Heureusement, j’ai réussi à me débrouiller, à continuer la carrière Dandy G avec les bases que j’avais déjà, et j’ai surtout rencontré les bonnes personnes. (S/O à ma manager Marie) La première personne avec qui j’ai écrit sur Paris était Pehoz, un producteur très intéressant et un bon ami aussi.

13177516_1176873199023904_2917831622835614168_n

 

7) Comment se sont passées tes collaborations avec K-LY du Higher Gang ou encore le chanteur Bitor ? Qu’est-ce que cela t’as apporté et avec qui d’autres envisagerais-tu d’éventuels feauring ?

K-LY et son gang m’ont beaucoup apporté, aussi bien en terme de conseils sur l’industrie musicale que dans la composition de mes morceaux. Ils sont implantés dans le milieu depuis longtemps et ils commencent doucement mais sûrement à faire du bruit dans la capitale. On a déjà sorti Out Of My Face, mais il reste des featurings inédits dans mon portable héhé.

Pour ce qui est de Bitor, c’est un mec que j’ai rencontré très récemment, et le courant est passé direct. On a enregistré Young Danny quelques semaines après s’être rencontrés. Il a une voix paradisiaque, je comprends pas pourquoi personne l’ait encore remarqué. Un personnage ce mec, je l’épouserai un jour.

 

8) Comment concilies-tu le rap et ta vie de tous les jours ? Quelle relation entretiens-tu avec ta musique ?

Disons que la musique a toujours été mon objectif long terme. Je passe mon temps à me documenter, à essayer d’étoffer ma culture pour pas faire de la musique sans la connaître. Ma musique, c’est mon cocon. Pour écrire une chanson sérieusement et en bonne et due forme, il faut qu’il soit 23h ou minuit, que je sois chez moi et isolé de tout le monde. C’est comme un véritable travail, je me coupe du monde pendant des soirées entières juste pour réfléchir à un simple refrain. Je prends pas ça à la légère du tout. C’est une passion et un loisir avant tout, évidemment, et ça me permet de m’amuser. Mais tout doit être parfaitement étudié. C’est mon côté maniaque.

 

9) Un EP bientôt en préparation ? Qu’en est-il des prochains concerts et des projets à venir ?

Il va y avoir des concerts par ci par là pendant l’été. Certains avec le crew Vis Paris, d’autres avec le collectif La Familiale qui ont une grosse activité en ce moment, et sûrement des Open Mic aussi.. On a décidé d’attendre un peu pour se lancer dans des concerts Dandy G, c’est un peu prématuré.

Concernant l’EP, ça arrivera très vite, il y a déjà 6 ou 7 chansons, et quelques autres en préparation + quelques clips. Je ne peux pas en dire plus, je fais rien écouter à personne à part à ma manager et à mon chat. Déso frère.

 

10) Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour cette année ?

Du whisky gratuit et un featuring avec Skepta.

12901258_1139492389428652_1710248076249583632_o

 

Soundcloud
Facebook

 

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.