Here

Voilà quelques semaines que je n’ai pas écrit ici.
Et j’ai envie d’étaler de la merde ce soir. De parler un peu de moi. De poser mes ovaires sur la table et vous demandez «  HEY GROS QU’EST-CE QU’IL Y A LAAAAAAAAAAAAA »
Vous voyez quoi… La délicatesse… Toujours….

Il s’est passé des choses assez douloureuses ces derniers temps.
Sur le plan familial, sentimental, amical, bref trop de choses ont changé. Et d’autres sont à venir.
Mais Incha Allah, Mazal Tov. Tout est good.

Pour la première fois de ma vie, je me retrouve dans l’incapacité de faire face aux difficultés.
J’ai toujours su géré ma vie solo, sans rien demander à personne, sans rien dire à personne quand ça n’allait pas, car c’est comme ça.
Ma vie. Celles des autres. Mais on ne mélange pas tout.
Toujours à me préoccuper du bonheur des autres avant le mien. C’est ma manière à moi d’être clean, bien, de me faire mes BA mensuelles.
J’ai voulu géré une chose qui était trop dure pour moi au final à supporter.
Et mine de rien, DIRE LES CHOSES c’est super important les gens. Il faut PARLER. COMMUNIQUER.
Je ne saurais jamais vraiment si j’ai fait le bon choix dans cette histoire, ça risque de me hanter pas mal de temps mais dans le bon sens. Donc on verra

IMG_0351(Thank you so much La Bong ♥)

Comme le choix de partir de mon ter-ter.
Tu vois le ter-ter sur lequel tu te plains depuis des années car rien n’avance, tout le monde est au chomdu ou a peu d’ambitions, où tu as fait le tour de toutes les rues, les recoins, les planques.
Ce ter-ter que tu aimes autant que tu détestes.
Et bah ça y est, je me suis barrée de Reims pour aller étudier à Rouen.
Et pour moi, c’est aussi une première, de VIVRE SEULE dans une ville que tu ne connais pas, où tu n’es pas en place, ou tout est à faire.
Alors oui, dit comme ça, on pourrait penser que je suis une putain d’assistée qui n’a toujours pas lâcher le domicile familial, mais siiiiii je l’ai quitté il y a fort longtemps déjà.
8 ans je crois bien. A peine majeure.
C’est juste que j’ai toujours été soit accompagnée, soit mes amis étaient souvent fourrés chez moi car nous étions peu à être « autonomes » à l’époque.
Et bizarrement, je n’ai pas voulu me prendre une colocation car je me suis dit qu’il était grand temps que j’applique mes propres règles, que je mène ma propre vie, et que je n’ai de compte à rendre à PERSONNE.

IMG_0352
Alors voilà. Je commence une nouvelle vie. Qui va me mener je ne sais où. Mais j’espère et je pense qu’elle me sera bénéfique.
Et puis à peine arrivée, je décroche un emploi étudiant en tant qu’employée de bar au 106.
OKLM comme on dit.
J’entame ma pré-rentrée dans deux jours en licence pro Métiers de la Culture, j’ai toujours l’anxiété de revivre les mêmes années qu’à Charleville, de ne pas être acceptée car mon look peut déranger, car les intonations de ma voix peuvent être mal interprétées. Car on m’a toujours classé dans une catégorie, sans même me connaître.
Bref, ça chiale ça chiale, ça chiale à mort là mais c’est une Gloomy plus conquérante, plus guerrière, plus chiante sûrement aussi qui arrive.
J’ai la flippe de dingue de tout. Rien que pour m’installer ici ça a été la merdasse.
La plupart me pense complètement sur de moi, mais je suis juste une grande fille, d’apparence pas trop chaleureuse, qui passe son temps à manger du poulet et à faire des câlins à tout le monde.
Qui a une peur de l’inconnu, d’autrui, j’en deviendrais presque agoraphobe par moment.
Je suis une putain de grosse flipette sa mère.
Il me manque le coup de pied au cul pour essayer de me montrer moins vulnérable mais pour l’instant il n’est pas arrivé, ou alors vous avez mal visé, ou alors…
Mais c’est plutôt cool les sales périodes au final quand j’y repense, ça te permet de savoir qui est vraiment là pour toi ou qui a toujours été là uniquement pour poser un cul et fumer sa clope.
Du coup, désolé de vous dire que oui, ne vous étonnez plus de mon absence sur Facebook, par message, ou j’en passe. Ne vous étonnez plus de ne plus rien voir. Ne plus rien savoir.
Car ouais je l’ouvre beaucoup parfois.
Vous aurez tous simplement sautés. Et vous saurez très bien pourquoi.

IMG_0342
Je n’ai plus le temps d’avoir mal au cœur. De me soucier de qui que ce soit. A part des vrais.
D’ailleurs, j’en replace une pour remercier tous ceux qui m’ont aidé à gérer ma vie ces derniers mois. Je ne vais pas tous vous citer mais j’espère que vous vous reconnaîtrez. Vous êtes ma seule famille et vous le savez. N’ayant de base plus aucuns repères familiaux, vous resterez pour moi une source de motivation. Les collègues aussi.
Je n’ai plus le temps de chialer. J’ai juste le devoir et l’obligation d’avancer.
Et je m’y tiendrais. Car pour l’instant je suis ici, et je compte bien y rester.

(#rimededingue)(#panameallonsdanserfrere)

 

IMG_0354

 

 

IMG_0371

 

 

 

 

you can you will

@thetrenddealer

1 Comment

  1. Lio 11 septembre 2015 at 7 h 36 min

    Ah ben merde ma Gloom c’est un changement radical! Tu as certainement changé,mûri, mais dans mon cœur et mes souvenirs tu reste la meuf avec qui j’ai passé le plus de temps dans un pieu sans qu’il ne se passe jamais rien! Ben ouai les gars une amitié entre mec-meuf ça peux exister sisi! Fin bref tu vois j’ai baroudé pas mal et suis pas encore posé, j’ai à nouveau cassé un contrat et vais a nouveau déménager. Tout ça pour dire que ce qui t’arrive n’est qu’une étape de plus dans ta vie. Soit on se laisse vivre soit on vie à fond. Tu est comme moi, à vouloir faire ce que l’on veux, ce que l’on aime. Garde proche de ton cœur les « Best » comme on dit de nos jours et laisse en arrière tout ce qui n’en vaux pas la peine. Bat toi ma belle, tu est forte et tout ira bien (et si ça va pas appel moi j’viens tous leur casse la goule!). Fin bref bisous mon tit canard 😉

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.