INTERVIEW-TATTOO : TAÏM

J’aime les tattoos. 
J’aime les beaux dessins.
J’aime me faire mal.
J’aime me faire TRÈS mal.
J’aime discuter avec les gens.
Alors c’est l’interview.
L’interview-tattoo.

  • Bon Taim, qui es-tu ?

Je suis née à Reims, je suis partie à Paris pendant 15/20ans, puis me voilà de retour dans la ville des Sacres.

  • Quel a été ton parcours pour en arriver jusque-là ? Pourquoi Reims city beach la ville des sacres ?

J’ai fait 2 écoles à Paris, une première pour me spécialiser en peintures, décors et fresques puis j’ai fait un cursus dédié aux arts graphiques à École supérieure des arts appliqués Estienne. J’ai commencé à bosser aux Édition Bordas en free-lance puis très vite, je me suis dirigée dans la pub, je suis passée par plusieurs grosses agences en tant que directrice artistique. Parallèlement, je continuais à bosser sur d’autres projets artistiques avec un collectif Rémois que j’avais créé avec la plasticienne Myriam Bâ et la musicienne et compositeur Aleksandra Plavsic (qui forme actuellement le groupe Elizabeth Like a Dream) Nous avons fait quelques expos de peintures, dessins et création d’objets. Nous avons également collaboré ensemble pour le design de Tapis pour la maison d’Édition Chevalier à Paris. Le dessin et la création graphique ont toujours fait partie de ma vie ainsi que le tatouage. J’aime l’idée de dessiner aujourd’hui sur la peau des gens. C’est juste un autre support d’expression. J’ai donc décidé de faire un apprentissage en shop de tattoo pendant 1 an qui s’est soldé par mon retour définitif à Reims. Je bosse dans un salon rue de Venise. La clientèle étant variée, je tatoue de tout. Mais j’affectionne particulièrement le Dot work, Black work et le style gravure ancienne.

1524598_323324261207760_7217308771481668786_n 11082662_371853179688201_1041474862228865721_n

  • Comment définirais-tu ton style de dessin ? Passer du graphisme en agence de publicité au tatouage n’a pas dû être trop difficile ?

Le passage de la pub au tattoo n’a pas forcement été simple car d’une part je suis une fille, d’autre part il fallut que je réapprenne totalement à dessiner pour le tatouage. On peut être un excellent dessinateur et très mauvais tatoueur. Les motifs conçus pour le tattoo sont très différents d’une simple illustration sur papier. Il faut prendre pleins de paramètres en compte lorsque l’on créer les motifs de tatouages. C’est un exercice au départ difficile mais je me suis accrochée! Et je continue à me former et à écouter les très bons conseils de mes « pères » tatoueurs.

  • Invites-tu des guest à venir te rejoindre de temps en temps ou est-ce que l’on t’a déjà proposé ce rôle dans différents salons ?

Nous n’avons pas encore fait venir des guest au shop mais pourquoi pas à voir.

22519_369870376553148_414906504367184938_n 11025754_359729607567225_1573485244248425075_n

  • Comment se passe les relations entre salons dans une même ville ? La concurrence est rude ?

La relation entre les différents tatoueurs Rémois se passe assez bien je pense. Je ne les connais pas tous. J’ai beaucoup de respect et d’admiration pour les « anciens  » comme Arno tattoo qui est excellent dans son taff et, j’ai de très bons rapport également avec Christophe de Horizon Tattoo qui est un mec charmant, sérieux et très investit dans le monde du tatouage. J’ai beaucoup de respect également pour Sylvie de chez Sophistic Tattoo à Dizy qui est dans le milieu depuis une quinzaine d’années, on se croise de temps en temps aux réunions du SNAT ou on s’envoie même parfois des clients.

  • Comment expliques-tu cette démocratisation soudaine du tatouage ?

En ce qui concerne la démocratisation du tattoo, je pense que la TV a joué un rôle déclencheur avec ses émissions de télé réalité ainsi que le monde du foot. Le fameux tattoo à la Beckham, puis le hipster barbu aux tattoo minimaliste a enfoncé le clou! Aujourd’hui cela touche tous les niveaux sociaux culturels mais aussi une tranche d’âge de 18 à 76 ans.

10881513_331815953691924_5779456006041037025_n 10675532_323327951207391_2397130011101532467_n

  • Penses-tu que les conventions sont un bon moyen pour se faire connaître ? As-tu déjà participé à l’une d’entre elles ?

Les conventions sont top! Cela permet de pouvoir rencontrer des artistes de tous horizons. Nous avons fait celle de Tours l’an dernier et le Reims tattoo show l’été dernier. Cela permet également pour un tatoueur de sortir de sa zone de confort et de son shop pour montrer son travail et d’échanger avec d’autres tatoueurs.

  • Quels sont les retours que tu as de tes clients après une session ?

Les retours de clients après une session sont généralement top. J’ai beaucoup de clients que je vois passer sous mes aiguilles une première fois qui reviennent pour d’autres tattoos encore et encore…c’est addictif!

  • Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Ce que l’on peut me souhaiter? Que mon canal carpien qui me fait des sienne en ce moment ne me lâche pas! Et plus sérieusement que je puisse avoir encore l’opportunité de tatouer encore de belles années et de continuer à m’améliorer sans cesse. Il ne faut pas croire que ce métier est facile, il faut savoir se remettre en question, avoir une motivation énorme, un dose humour également…bref la « melonite » (ceux qui prennent le melon) dans ce boulot est vivement proscrite!

10991243_351185518421634_1630303650902552491_n 11011252_370881659785353_4031061749093360917_n

1896807_323309404542579_1926084602339672804_n

Retrouvez TAÏM sur sa page Facebook ou sur la page du shop Wanted Tattoo 

 

Tadaaaaaaaaam (Mon tattoo fait par ses soins <3 )

11078074_374687562738096_4315327713002649709_n

1 Comment

  1. krys 10 avril 2015 at 9 h 47 min

    Taïm tatoueuse au top d’autre projet en tête que j’aimerais réalisé par ces soins , je reste fidèle

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.