MAT BASTARD

Bon le mood n’est pas là ces temps-ci mais on fait avec.
C’est une interview à la cool que vous vous apprêtez à lire, celle de mon meilleur ennemi. Cela va bientôt faire 3 ans que je suis amie avec Mat, et même si notre amitié a faillit voler en éclats plus d’une fois, il fait partie des personnes dans ma vie que j’admire et respecte énormément. La route musicale a fait que nos chemins se sont croisés un soir de concert sur Reims, pour se retrouver sur les réseaux par la suite. Je n’ai jamais trop accroché au style de SKIP THE USE, ça n’a jamais été ma tasse de thé, mais son parcours m’intrigue et m’intéresse toujours autant, encore plus depuis qu’il a sorti son projet solo intitulé  » LOOV« . Et vu que malgré son emploi de temps de ministre, il reste un peu sympa avec moi, il a bien voulu répondre à mes questions.

1) Comment vas-tu Mat depuis la dernière fois au Ninkasi ?
Super bien , toujours en tournée. C’est les summer festivals qui commencent donc c’est une période chargée pour les artistes et en même temps c’est la période que je kiffe pourquoi je retrouve mes potes en festonne ( Bloody Beetroots , Shaka , Orelsan etc etc )

2) Pour ceux qui se demandent, pourquoi Skip The Use c’est fini ?
On a pris du temps pour se recentrer artistiquement ( Yan et moi ). on avait besoin de faire des choses qui nous tenaient a cœur , de la prod pour moi et du ciné , monter un label pour lui, et sortir mon album solo avec mes frangins de Carving et lui de monter le projet The Noface. Ça nous a fait beaucoup de bien et aujourd’hui on rebosse ensemble.

3) Ton projet solo n’est pas si solo que ça vu que tu te retrouves avec des membres de ton groupe de punk Carving. Raconte-nous un peu cette belle histoire d’amour/d’amitié qui dure.
On bosse ensemble depuis 25 ans, je leur dois beaucoup, j’ai tout appris avec eux. Mike c’est mon grand frère donc c’est la famille mais Olive également. On est inséparables.

4) Comment ça se passe la vie de producteur à LA ? L’ambiance de travail dans le domaine musical est similaire par rapport à la France ou ça n’a strictement rien à voir ? Quels sont les atouts et les inconvénients de bosser aux States ?
Très bien. Le niveau est très élevé là-bas et c’est tant mieux, j’ai appris énormément auprès de producteurs que je kiffe. L.A c’est travailler 7/7j et beaucoup d’heures par jour mais perso j’adore ça. La culture est différente donc l’art aussi. L’atout principal à mes yeux est le travail collaboratif. Le fait de monter des team pour parfaire des projets.

5) Ta vie privée a-t-elle été affectée par ce changement de vie ? Le lien père-filles s’est-il renforcé davantage ?
J’ai passé plus de temps avec mes filles donc oui c’est plus cool pour nous que la vie de tournée.

6) A ton arrivée à LA, avec qui as-tu commencé à travailler ? Quelles sont les rencontres qui t’ont le plus marqué ? Les choses n’ont pas été un poil difficile ou avais-tu sur place le réseau nécessaire pour travailler dans de bonnes conditions ?
J’ai commencé avec Bass Jackers puis j’ai bossé pour BMGet Interscope, puis différents artistes américains et un film. J’ai bosse avec Billy Hoverdel de « A Perfect Circle » , avec PJ Bianco , Anders Bagge , Gavin Brown , Troi Irons, Rachel Crow etc etc . Oui je venais fort de ma carrière avec STU et des différentes prods que j’avais faite en France donc j’ai pu rapidement intégrer un réseau plutôt cool.

7) Quels artistes as-tu produits sur place ? En as-tu profité pour faire démarrer le projet de « LOOV » à ce moment-là ? Pourquoi ce nom d’ailleurs.
Oui en fait j’ai commencer a réfléchir a ce projet solo pendant la dernière tournée de STU avant même de partir à L.A. J’ai produit mon album là-bas avec mes potes de Carving et je l’ai terminé en France au Hangar à sons de Cambrai.

8) Tu es revenu en fanfare avec le titre « More Than Friends » en featuring avec Anthéa, membre du groupe A-VOX. Parle nous de ta rencontre et de la future collaboration avec ce groupe ? Qui sont-ils pour ceux qui ne les connaissaient pas ?
Un groupe des Ardennes qui a quelques années d’existence. Ils font un électro punk / rock /pop qui peut tirer vers le trap. Je suis tombé sous le charme de ce projet qui n’hésite pas à porter en musique des sujets sociaux, ils sont pour moi l’étendard de cette jeunesse concernée. Je les ai signé sur mon label , produit en collaboration avec Polydor et ils ont été main support sur ma tournée.
La chanteuse de ce projet est aussi ma femme, le titre « More than friends » est une chanson qui parle de ça mais c’est différent du projet A-vox.

9) Le fait de partager ce même registre musical qui est le rock est un avantage ? Aurais-tu collaboré avec un groupe d’un univers complètement différent ?
Oui j’ai signe une artiste d’électro qui s’appelle Baker et qui fait un électro envoutant en français ou le vocal et le slam se mélange pour vous toucher au plus profond de votre être. J’ai signe un artiste électronique : Cayce qui est le champion du cut et de la bass music donc oui je signe ce qui me touche, pas ce qui me ressemble.

10) T’as voulu nous parler de quoi dans ce nouvel album ? Encore un côté énervé contre la société/le monde d’aujourd’hui ? Tu n’as pas rangé tes petits coups de gueule au placard cette fois-ci ? haha
La société , le monde d’aujourd’hui , d’être une femme aujourd’hui, du ressentiment , de haine , d’amour , de paix , de guerre , de politique…Non je n’ai pas changé hahaha.

11) Comment travailles-tu en termes de composition ? Tu te mets tout seul dans ton coin ou c’est un travail d’équipe avec les gars de ta bande ?
Je compose seul mais je produis en équipe avec ma team : Bertrand Charlet , Olive Electrik , Mike Bastard.

12) De qui t’inspires-tu en règle générale ? Parce que oui tu es né dans un milieu de punk mais est-ce que ça fait partie de l’intégralité de tes sources d’inspiration ?
De tout ce qui me fait vibrer. Ça peut être un morceau de tech minimal ou Justice ou Rancid , ou un truc plus pop ou indie ou hip-hop…Je m’inspire de tout je suis curieux de tout.

13) D’ailleurs un black qui fait du punk, ça ne t’a jamais causé de soucis ? hahaha Comme une envie aussi de briser les codes ? Surtout dans le Nord de la France, région assez réputée pour ses opinions politiques très…controversées.
Des soucis non , pourquoi devoir défendre ses convictions de manière physique face à des gars proches de parties d’extrême droite n’est pas un soucis mais une fierté. Ma région est la région de la tolérance, de l’entraide, du sens de l’autre et de l’ouverture d’esprit. Ceux qui ont détourné ses valeurs pour mentir aux français sont indignes de ce qui fait l’essence même de notre région : l’autre.

14) Un petit mot sur « Zombillénium » ? je t’avouerai que j’ai suivi ça de loin.
Et bien il faut le suivre de près hahaha. C’est une jolie aventure indépendante qui permet aux enfants de comprendre mieux le monde du travail et le monde du paraitre. c’est un dessin anime rock’n’roll pour tous et c’est surtout pour moi une très jolie expérience .

15) Concernant les réseaux sociaux, tu m’avais déjà dit avoir du mal à gérer ça ? Qu’en est-il aujourd’hui ? Tu arrives bien à promouvoir ta love story, promouvoir sa carrière musicale ne devrait pas être trop difficile  (cf un de tes post instagram) ? T’avoueras que ça reste un outil indispensable aujourd’hui pour diffuser et communiquer plus facilement ?
Je gère toujours cela moi même. Tout le monde est fake sur ce genre de plateforme.. J’ai choisi de me montrer tel que je suis avec ma femme , ma famille et mes potes. Ma femme m’inspire et me permet d’être pour certains aspects ce que je suis aujourd’hui. Donc j’en parle sur mes réseaux j’en parle et j’en suis fier. Je ne livre pas tout et heureusement , j’essaye de faire la part des choses…oui les réseaux sociaux sont devenus incontournables mais le réel l’est tout autant…

16) Quel retour du public as-tu aujourd’hui ? La séparation n’a pas été trop dure pour certains, les grands fans de SKIP THE USE ?
Comme je te l’ai dit on bosse à nouveau ensemble avec Yan donc tout va bien. Mais oui je sens que le public est en attente de ça...hahaha.

17) Comment se porte ce nouveau bébé du coup ? Les critiques sont bonnes ? Niveau festival et concerts, comment ça va se passer pour cette fin d’année 2018 ?
Pour être honnête on a pas barrette depuis un an et demi. La tournée a été ouf, t’es venue à Lyon et tu as pu voir la ferveur…Je ne m’y attendais pas, je suis ravi et l’été s’annonce épique !

18) Le mot de la fin ?
Merci à tous les pros qui permettent aux groupes comme moi d’exister et de délivrer notre message en réel dans leur salle de concert , fanzine et autres blogs.

Merci !

Site

Facebook

Instagram

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.