MONA PURPLE PONY : Fille cachée de Tim Burton & Lady Gaga et artiste pluridisciplinaire de génie.

Saluuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut
Je suis de retour dans le Nord de la France, sans internet (Partage de connexion tu connais – La facture salée qui va arriver ça aussi tu connais…) mais dans un bon mood !
Alors avant de commencer, MILLE MERCIS pour vos messages, vos retours, vos partages, de mon dernier article ! Vous êtes des chefs et je ne pensais pas qu’il marcherait autant ! J’ai toujours peur d’être chiante quand je raconte ma life parce que ça fini toujours en gros pavé vu que je le fais rarement sur le blog. Mais encore une fois, MERCI.
Alors aujourd’hui, je sors du domaine musical (enfin un tout petit peu). Ces derniers temps, j’ai réfléchi à d’autres supports pour les interviews musicales ou autre, et je me lance dans la vidéo courant 2019 ! Je vais me créer une petite chaîne Youtube où je partagerai mes coups de cœur musicaux du moment, et principalement mes interviews ! Il restera toujours des interviews écrites sur le blog quand l’artiste en question ne voudra pas que ce soit filmé par exemple, ou quand je n’aurais ni le temps ni les moyens de me déplacer, mais voilà c’est partit ! Vous avez été plusieurs à me booster là dedans, histoire que je devienne une chroniqueuse 4.0 haha donc on verra bien.
DONC, cette fois-ci, j’ai posé des questions à Mona, qui réalise des make-up de fou. Personnellement, je n’y connais rien car ce n’est vraiment pas dans ma personnalité de me maquiller ou autre, mais j’aime cette fille pour tout ce qu’elle dégage. Une personne HUMBLE, HUMAINE, SIMPLE, BORDEL, et malgré plus de 40k de followers. Tout est tellement fake sur instagram, que je recherche dorénavant des gens avec une bonne aura et qui ne pète pas plus haut que leur cul. Cela vaut aussi pour les artistes musicaux hein ! Quand vous me demandez une interview ou que je vous en demande une, et que vous vous comportez comme si vous étiez le fils de Booba ou la fille de Beyoncé, bah la prochaine fois vous irez bien vous faire en***** 🙂 ). Bref (c’était l’instant coup de gueule) Je suis fan de l’univers de Mona, ce côté glam du darkness me fascine, et en plus elle a du talent. En plus de maquiller, elle réalise des instrus, va bientôt se mettre au tatouage et se lance dans la musique ! Du coup, j’en ai profité pour lui poser des questions, parce qu’elle le vaut bien !

 

Racontes-nous d’où tu viens et qui tu es un peu.
Je suis une petite meuf qui vient du nord de la France, mais je tiens pas au même endroit très longtemps. Liège, Paris, Aix en Provence, Bordeaux… Je cherche mon prochain spot ! Ma vie se base uniquement autour de l’amour et l’art.

 

Nous allons aborder dans un premier point l’aspect « make-up » Alors c’est un peu une première pour moi car c’est un univers que je connais très mal voire pas du tout. Quand est-ce que tu t’es lancée dans cette aventure ?
De base, le make-up n’était pas du tout prévu dans mon parcours. J’étais en première année aux beaux arts, option illustration et j’ai décidé de quitter mon école. J’étais vraiment pas épanouie du tout dans ce cadre, pour différentes raisons mais je ne voulais pas arrêter les études pour autant. Malheureusement, cette école m’a dégoûté du dessin (pendant environ deux ans) je voulais du coup me lancer dans autre chose. J’ai vécu ça comme une crise il faut le dire, c’est dur de faire des études d’art pendant 5 ans, d’y mettre tes tripes et devoir tout arrêter un jour car tu t’enfonces dans une déprime. J’ai toujours été une fille qui se maquille beaucoup, scene-queen emo oblige, faux cils, paillettes, eye-liner de 4cm d’épaisseur, highlighter, contouring…(oui oui avant même que ça devienne la grande trend d’aujourd’hui, je faisais mon contouring avec un fard taupe piqué à ma mère.)… Un jour, un peu comme une illumination, j’ai pensé à cette facette de moi, mélanger à ma passion pour l’art. C’est là que j’ai commencé à chercher des écoles de maquillage artistique…

 

L’idée de créer ta chaîne Youtube t’as paru logique à ce moment-là ? Comment voyais-tu l’usage des réseaux sociaux face à la montée des youtubeuses beauté qui déferlaient sur la toile ? (Ouais « la toile » je parle comme une vieille ne me jugez pas)
Honnêtement je pense avoir lancé ma chaîne uniquement dans l’idée de profiter d’un nouveau moyen de partage avec ma communauté… Et par la même occasion, essayer d’agrandir ma visibilité. J’ai toujours aimé la vidéo, les montages… Bon mes débuts étaient filmés avec la caméra de mon iPhone mais ça m’éclatait ! Je ne me suis jamais comparée aux YouTubeuses beauté tout simplement car je n’en étais pas une et ne prévoyais pas d’en devenir une un jour ! Ça m’a donc jamais posé de problèmes, puis plus je grandis, plus je boycotte cet univers. Ça ne colle pas avec qui je suis. J’ai envie de me servir de Youtube pour ce qu’il est, une plateforme de partage, faire de la vidéo, de l’art et non pour monter un business basé sur l’argent.

Comment qualifierais-tu ton univers ? Glam-Dark parsemé de paillettes et de licornes ?
C’est une bonne vision des choses ! Tu n’en es pas loin, avec mon meilleur ami on a inventé un terme pour ça : Hardoss But Glam. C’est une bonne couche de pastel avec du noir qui dégouline par dessus (avec de gros insectes hologrammes, argentés et tu saupoudres tout ça de perles blanches nacrées.) … Ouais si je devais décrire ça en une image ça n’en serait pas loin. Je me suis moi même baptisée « Pastel Babe With Black Blood » pour illustrer la chose ! Mais évidemment c’est beaucoup plus riche que ça et ça évolue avec moi à travers les années …

 

Comme je le disais précédemment, le monde du make-up est assez obscur pour moi mais m’intrigue quand je vois quelqu’un qui sort du lot. Ce qui est clairement ton cas ! Qu’est-ce qui selon toi t’as fait connaître du grand public et t’a apporté la communauté que tu as aujourd’hui ? (Mis à part tes conseils sur le bien-être et la confiance en soi qui reboostent pas mal de monde). T’es un peu un genre de gourou finalement haha.
Merci beaucoup, un gourou je ne sais pas mais quelque part ça me flatte haha ! Honnêtement je pense être comme n’importe quelle personne sur terre, je m’exprime juste « fort ». On est tous unique à notre manière et j’ai décidé assez naturellement depuis toute jeune de m’en servir pour m’exprimer à travers ce que j’aime. Après, le pourquoi les gens me suivent en nombre pour le simple faite d’être moi même, je ne sais pas, je dois être une meuf cool à leurs yeux. Comme moi, je suis beaucoup de gens cool aussi ! J’en suis reconnaissante chaque jour, même si je ne réalise pas du tout le nombre de personnes que cela représente réellement. C’est un vrai cadeau de pouvoir partager avec le plus de personnes possible.

 

N’as-tu pas eu peur de tomber dans le cliché de la youtubeuse beauté écervelée qui ne se soucie que de ça ? Comment évolues-tu dans un monde où la beauté et la mode ne laissent pas beaucoup de place aux tendances dark/witchy que tu véhicules ?
Je pense que comme tout dans la vie, on a chacun sa manière de vivre les choses. Par exemple, Il n’y a pas qu’une seule façon de vivre le tattoo, on a pas tous les mêmes raisons qui nous poussent à se faire encrer à vie, on n’a pas la même façon de le porter et la même fréquence entre chaque tattoo. Pour l’art et le makeup pour moi c’est pareil. Chacun à sa vision ! Pour moi on peut aussi partager les gens de ce milieu en deux groupes : les vrais artistes qui partageront cette vision en étant fidèle à eux même et leur âme (et qui ont un certain talent) et les « exécuteurs » ou « business (wo)man » qui sont 90% des gens que l’ont voit partout avec 2M d’abonnés et qui représentent les marques et le coté bizz de la chose. Je ne me sens personnellement pas du tout concernée par ce dernier groupe (qui est je pense ceux que tu vises dans ta question). Mais ta question n’en reste pas moins inintéressante car j’ai pris plusieurs années à comprendre ce que j’ai expliqué plus haut. Je vivais mal d’avoir cette impression de ne pas avoir ma place malgré ce que je produisais et la sincérité, l’effort,le temps que j’y mettais. Mais j’ai compris que je suis loin d’être un cas isolé, ce n’est juste pas les personnes que l’on voit sur le devant de la scène dans la vie de tout les jours, il faut creuser plus loin pour trouver les plus beaux diamants ! La plus part des marques aujourd’hui mettent en avant un nom, un visage, un business et non un talent, un coté artistique pur et profond. Je pense qu’un jour la roue tournera, j’en reste persuadée. Je vois autour de moi, les gens commencent déjà à se lasser des images lisses et du fake, de certaines attitudes… Je ne cache pas que certains jours je m’énerve toute seule devant certaines collaborations ou devant certains comptes qui cartonnent et qu’il est impossible de savoir pourquoi. Mais c’est un travail sur soi et un ménage à faire autour de soi pour s’entourer de choses qui collent avec nous uniquement et nous poussent vers le haut.

Quels sont tes modèles ? Tes sources d’inspirations ?
Je suis une grande fan de Alex Box. Pour moi c’est comme un dieu, elle est une des seules à ma connaissance qui partage ce regard que j’ai sur l’art, le makeup, les réseaux etc… Sans lui enlever qu’elle est divinement guidée dans ce qu’elle produit avec talent. Une personne humble, très spirituelle et humaine, un vrai bijoux ! J’ai d’ailleurs eu la chance récemment d’échanger avec elle, elle est très accessible. Elle a complimenté mon travail, ça restera officiellement un des plus beaux jours de ma vie. Je suis aussi obsédée par Kelsey Annaf, qui est ma référence n*1 et que j’ai eu la chance de rencontrer en personne, puis aussi d’échanger avec elle. Elle suit mon travail de près, j’en suis énormément reconnaissante. Je ne pourrais pas ne pas citer Isamaya french, qui a un regard tellement unique sur l’art. Pat Mcgrath évidement … Pour ce qui est de mes inspirations, j’ai l’impression que c’est un smoothie que mon cerveau prépare de plusieurs choses en tout genre que j’ai pu voir, entendre, toucher etc… Mais en règle générale la musique m’inspire énormément pour créer.

 

Que préfères-tu faire dans l’aspect make-up de ton travail ? Maquillage de ciné ? Shooting ? Costume ?
Sachant que c’est pratiquement uniquement ce que je fais sur les réseaux, je ne peux cacher mon amour pour les make-up ARTISTIQUES, make-up de transformation, donc je dirais tout tant que ça transpire quelque chose d’artistique ! Shooting, édito, défilé, mais j’avoue avoir un rêve depuis le début de mes études de make-up, c’est bosser à 90% sur de la vidéo du genre clips musicaux ! Maquiller Die Antwoord, Cocorosie, Bililie Eilish, Lady Gaga… Tous ces artistes que je trouve ouverts à l’art sous toutes ces formes. C’est un grand rêve.

 

Mis à part, le make-up, tu réalises de sublimes illustrations, que ce soit pour tes faces print ou encore pour le tatouage. Quand je regarde tes dessins, j’ai l’impression d’être dans l’univers d’Alice au pays des merveilles mais dans ton cas, Alice a une portée d’horribles petits monstres mignons avec Lady Gaga.  Qu’est-ce que tes études t’ont apporté à ce niveau-là ? Étais-tu libre d’exercer ton propre style ?
Merci beaucoup, j’aime beaucoup la description que tu en fais ! Alice est mon compte préféré au monde Et Lady Gaga on en parle même pas ! Ta question est intéressante et ça va me faire revenir à la question numéro 3. De base ma motivation a commencé une école d’art était ma passion pour la photo, peu de personnes le savent mais je voulais devenir photographe et\ou photographe reporter. Puis j’ai eu la chance de faire une école où j’apprenais toute forme d’art, la photo, le dessin, la peinture, le croquis, le numérique etc… J’avais donc des cours de dessins pour la première fois de ma vie et les profs n’arrivaient pas à croire que je n’avais jamais pris de cours avant vu mon niveau. Du plus loin que je m’en rappelle, j’ai toujours dessiné, j’ai à peine appris à marcher que je gribouillais sur toutes les surfaces blanches que je croisais, les murs, les radiateurs, le frigo… (sorry mom). Et finalement mon intérêt pour le dessin a grandi au point d’en devenir mon but de carrière. J’ai trouvé mon école et les trois quart de mes profs d’art géniaux (athénée royale d.Izel en Belgique) On était très libre et on nous encourageait dans notre individualité, j’en garde un très bon souvenir contrairement aux beaux arts dans la question 3. Le but étant d’effacer notre personnalité pour nous apprendre à savoir et aimer tout faire tout dessiner, tout les styles et tout les sujets. C’est ça que je n’ai pas supporté, au delà de l’état avancé de déprime de mes profs. Ils étaient eux mêmes des artistes malheureux. On nous enlevait notre liberté, j’ai jamais réussie à avoir la moyenne là-bas. J’étouffais, j’ai pas supporté. J’ai tenu 6 mois ! J’ai moi même fini sous anti dépresseur suite à ça et j’ai arrêté de dessiner pendant 2 ans. Je crois que le make-up m’a beaucoup aidé à ne pas abandonner et tout lâcher. Au contraire, ma formation de make-up artistique a enrichi encore plus mon univers et m’a donné encore plus de motivation. Rien n’arrive par hasard dans la vie, sans ce coup dur j’aurais jamais appris le maquillage. J’ai repris le dessin suite à ça aussi.

Combien de temps prends-tu pour réaliser tout ça ? (make-up et/ou illus). Ça se passe comment une journée dans la peau de Mona ?
Je me vois comme une artiste assez lente ! J’ai vraiment besoin de temps pour que la magie opère. Évidement cela dépend de l’illustration et du make-up mais je ne compte pas vraiment mes heures. Je peux prendre de 3h à 9h pour un make-up… Pour le dessin, je compte ça en semaine car j’ai aussi besoin de pause pour voir clair sur ce que je fais, je superpose plusieurs projets et je vais et viens entre eux en fonction de mes inspirations. C’est rare que je commence et termine un dessin le même jour… En général le matin je peux méditer, faire brûler de l’encens, tirer quelques cartes, puis je répond aux mails, je fais des recherches en écoutant de la musique. Je nourris mon cerveau positivement pour être inspiré l’après midi. Je dois dealer avec ma casquette de dessinatrice, de secrétaire, comptable, « « « d’influenceuse » » », j’ai mon e-shop et mes commandes à imprimer et envoyer. Plus le temps que j’essaye d’accorder à mes créations perso, dessin, musique, make-up… ça remplis tout mon temps. Ça fait un planning assez casse tête et je ne suis pas la pro de l’organisation, comme beaucoup d’artistes torturés haha. J’apprends !

 

Que peux-tu nous dire sur ton combat par rapport au véganisme ? Depuis quand l’es-tu totalement ?
Je ne mange plus de viande depuis 12 ans déjà, et je suis végétalienne depuis 1 ans environ ! J’ai commencé à être « Vegan » en prenant la décision dans ma vie pro et perso de stopper les produits testés sur les animaux (donc le maquillage) j’ai dû dire au revoir à certaines marques et je pensais que ça allait être un calvaire, mais pas du tout ! C’est comme le tri de gens qui collent ou non à tes valeurs dont je parlais plus haut. Ça fait du bien de juste faire ce qu’il faut pour se sentir bien dans tes baskets. Au delà de nos croyances ou de celles du peuple, de la majorité, ou de notre famille. Apprendre à penser par soi même c’est important je pense et très peu de gens le font malheureusement… « c’est comme ça depuis toujours alors je continue de faire comme ça. » Ce qui ne permet aucune évolution et le respect des croyances des autres n’en parlons pas. J’ai été bizutée plus d’une fois pour ça, j’étais en internat en Belgique pour mon école d’art et aucun repas végétarien n’était servit « sans ordonnance médicale stipulant que je ne PEUX PAS manger de viande. » J’étais obligée de manger comme tout le monde. Vous y croyez à ça ?! C’est pourtant ce qu’on m’a répondu. J’ai passé 3 ans à manger du pain parfois matin, midi et soir. Je dis souvent à ma mère que je serais fière à sa place d’avoir une fille si déterminée pour ses propre valeurs. Valeurs qui prônent paix et amour. Mais même dans ma famille parfois on ne me comprend pas toujours, mais je vis avec. Moi je suis bien dans mon slip et fière de qui je suis, et de celle que je deviens, c’est le plus important.

 

Parlons maintenant de ta musique ! Quand on écoute ton premier son (et j’espère le premier d’une longue série) j’ai l’impression que les sonorités choisies sont un peu la BO de ton univers non ? Pourquoi avoir choisi de développer cet aspect musical de ta personnalité maintenant ?
Je suis vraiment ravie de ton retour sur ce premier merci. Comme tout ce que je créé c’est venu assez naturellement. La musique a une place énorme dans ma vie ! Je chante tout le temps et un son peux me faire planer et vibrer comme rien d’autre sur cette terre. Je suis de près Doja Cat qui est pour moi un génie de la  musique, elle crée tout, toute seule sur son lit. De l’instru, à la voix, ses clips etc…  Je ne crois pas aux hasard mais la vie a fait que durant une période, Doja faisait des live Instagram tout les soirs en se filmant composer. Avec le décalage horaire (elle vit à LA) je pouvais la regarder composer toute la nuit, jusque 6h30 du matin sans m’en rendre compte. C’est elle qui m’a donné envie de me lancer. J’ai eu cet élan de me dire « quand je serais grande je veux être comme Doja Cat » (même si cette meuf est plus jeune que moi, c’est dingue) et j’ai écouté ce rêve en me disant juste, pourquoi pas ? Rien n’est impossible. Et un soir de pleine lune (d’où le nom de ce premier son) je me suis lancée. (Telle une vraie sorcière ahah) Et j’ai ressenti exactement la même chose que je ressens quand je m’éclate sur un make-up ou une illu. J’ai vibré et je ne compte pas m’arrêter, en espérant évoluer. Sachant que je fais TOUT à partir de mon iPad, je n’ai pas de micro et je n’ai jamais pris de cours de ma vie pour tout ce qui touche à la compo ou au son, je reste un peu restreinte mais je m’éclate pour le moment et j’ai de bons retours donc c’est le principale.

 

Ce côté indie/chill à la Odesza est souhaitée ? Histoire que le spectateur se retrouve absorbé par un rêve et se laisse planer ?
Si c’est ce que tu as ressenti en l’écoutant je suis la plus heureuse. J’ai suivi mon cœur, je suis partie dans quelque chose qui parle à mon âme. Je ne suis vraiment partie de rien dans ma tête. Mais j’adore Odesza donc je suis flattée si ça a pu t’y faire un peu penser. Comme j’ai pu le dire aussi plus haut pour moi un son qui fait planer c’est le summum donc si je peux produire ce genre de sensation pour certaines personnes, c’est incroyable. Je ne pensais même pas déclencher ce genre de réaction, surtout pas avec mon premier. Mais côté style, j’écoute moi-même absolument TOUT donc je pense ne pas me cantonner à une catégorie, j’aimerais faire pleins de choses et ne pas rester dans une case. Le but étant de kiffer !

Vas-tu pousser ce délire un peu plus loin ou c’était juste pour le fun ? De quoi t’es-tu servis comme logiciel pour produire ton son ?
Je dois avouer que je n’ai pas de business plan pour ce projet non plus, je suis quelqu’un qui vit pas mal au jour le jour et je créé en fonction de mes envies. Ce qui peux me desservir sur le long terme je pense. Mais comme tous les autres projets que j’ai, je compte faire durer le truc autant que je continue à prendre mon pied à le faire. Je me sers uniquement de garage band sur iPad.

 

Bon, pour finir, ça fait quoi d’être une artiste pluridisciplinaire douée ?
Haha, merci pour la description ! Je ne peux pas nier, c’est assez satisfaisant de pouvoir s’exprimer sur autant de supports possibles ! Je travaille dur depuis longtemps pour pouvoir être l’artiste que je suis aujourd’hui et j’ai hâte de continuer à évoluer.

 

Un petit mot pour ceux qui ne te connaissent pas (et ceux qui te connaissent également) ?
N’ayez pas peur d’être ce que vous êtes. Ne cherchez pas à coller à une case. Partagez VOTRE VISION. Bâtissez vous ce monde où les cases n’existent pas. Suivez votre cœur et écoutez ce que votre âme vous dit. Ne laissez personne, y compris vous même, vous empêchez de croire en vos rêves ! Vous pouvez être ce que vous voulez être, ça n’arrive pas qu’aux gens spéciaux, vous êtes spécial aussi. FULL LOVE

INSTAGRAM // YOUTUBE // SOUNDCLOUD  // FACEBOOK

 

2 Comments

  1. Emma 27 novembre 2018 at 13 h 22 min

    J’ai ADORE, je suis cette artiste depuis des années, c’est un génie et c’est génial de pouvoir lire une interview d’elle 🙂 Tout petit petit bémol sur la forme en elle-même, avec quelques fautes que tu aurais peut-être pu corriger (mais étant moi-même excessivement nulle en orthographe je ne peux pas te le reprocher!) et puis ça n’enlève absolument rien au fond qui est génial, aussi bien tes questions que l’intervention, c’est pile ce que je voulais savoir 😉

    Reply
    1. gloomy 27 novembre 2018 at 13 h 27 min

      Merci beaucoup 🙂
      Qu’entends-tu par la forme ? Avec un format écrit, je trouve qu’il est assez difficile de faire dans l’original.
      Et concernant l’orthographe, j’ai corrigé au mieux mais je ne suis pas non plus la fille de Bernard Pivot donc il y en aura toujours je crois malheureusement :’( . En tout cas contente de lire que l’interview t’as plu <3

      Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.