SHOOT MY SOUND #11

Adèle et Adam, accompagnés d’Oscar Le Magnifique
Collègues et potos de l’amour. Le couple le plus rétro que je connaisse.
Tout comme leur appartement. Kitschissime à souhait.

Nancy & Lee – Some Velvet Mornings

A la maison on est assez fan des duos masculins/féminins, et celui là est mon préféré de tout les temps… Leurs deux voix se contrebalancent parfaitement ! Du coup, je suis toujours déçue par les (nombreuses) reprises qu’on a pu faire de leurs titres. Cette chanson là est une sorte de délire psychédélique-érotique étrange qui met presque mal à l’aise tant la signification reste obscure. Mais il faut toutes les écouter !

 

Serge Gainsbourg – La horse

Encore un coup du tandem Gainsbourg/Vannier, qui ont co-signé en 69 cette chanson pour la bande originale du film du même nom. Un morceau qui part dans tout les sens : du clavecin, du banjo et que sais-je encore. Vraiment un classique de chez classique pour qui aime les BO de film.

 

The Kinks – A well respected man

Pour coup, plus anglais tu meurs.

 

Nisar Bazmi – Aesi Chal Main


Après l’Angleterre, le Pakistan. Merci internet, Youtube est une véritable mine d’or pleine de pépites turques, pakistanaises des années 60-70. Je peux passer des aprem entières à essayer de tout écouter et à faire des playlists avec. C’est quasi impossible d’en choisir une seule, mais celle là est plutôt accrocheuse.

 

Love – 7&7is

 J’ai un énorme faible pour la douce voix de Arthur Lee. Comme au dessus, difficile de s’arrêter sur un titre en particulier. Mais là, c’est court, efficace, il s’énerve un peu plus que de coutume, et il y a une ligne sur un chien.

 

The New Christy Minstrels – Three wheels on my wagon

On a trouvé le vinyle pour 2£ dans la ville dont est originaire Adam. Au début on a plutôt craqué sur la pochette, coup de chance l’album est tout aussi incroyable : une dizaine de reprises de chansons de cowboys old school toutes plus kitsch les unes que les autres. Bon, celle là n’est pas la meilleure mais c’est une des seules dispo sur internet. Sinon il faut venir chez nous l’écouter.

 

John Leyton – Johnny remember me

Le premier grand succès de Joe Meek, un producteur anglais génial des années 60, a qui ont doit notamment l’album visionnaire I hear a new world. Un vrai avant gardiste qui a beaucoup expérimenté autour de l’enregistrement et des sons électroniques (Telstar !!) en bricolant des radios et en poussant les effets de distorsion et de reverb à leur maximum. A chaque fois je me laisse complètement emporter par le coté épique-dramatique du titre et finit par chanter (faux) à fond par dessus.

 

The 13th Floor Elevators – Dust

Un titre tiré du deuxième album des 13th Floor Elevators, et accessoirement mon préféré, Easter Everywhere. Une des plus belles chansons qu’ils aient jamais enregistré. Tout est tellement « imagé » dans cet album que c’est un des groupes , avec Love, qui m’a le plus inspiré pour mon projet de diplôme en illu.

 

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.